D'habitude, j'essaie d'espacer les messages de ce blog, et souvent je subis ce rythme, parfois beaucoup plus lent que ce que je voudrais, lorsque les circonstances  m'y obligent  par manque de temps. Mais le bonheur ressenti suite à la lecture d'une très belle histoire m'entraîne à vous faire partager mon enthousiasme sans tarder. Aussi vite que j'ai dévoré ces mots, commencé hier après midi, je viens de le terminer ce matin. Il faut dire qu'un fois lues les premières phrases, j'ai eu du mal à m'en détacher.

En ce moment, je suis en vacances et j'en profite pour lire, sans doute encore plus que d'habitude.

Un matin de la semaine dernière,   mon oreille est encore une fois attirée par l'enthousiasme d'un chroniqueur radio pour un livre d'un auteur dont je ne connaissais pas le nom,   simplement vaguement le nom d'un de ses précédents romans.

Je m'empresse de rechercher sur le net et de lire quelques avis sur

La femme au carnet rouge

d'Antoine Laurain

175

 

Le début de l'histoire peut sembler banal: une femme se fait brutalement voler son sac à main, un soir, et un homme le retrouve le lendemain matin. Il s'appelle Laurent, il est libraire, sa boutique s'appelle le Cahier Rouge,  et c'est un homme bien...dont le geste citoyen est remarqué par tout le commissariat dans lequel il se rend pour y déposer le sac. Finalement, les circonstances l'empêchent de restituer le sac à la police et il repart avec. Intrigué par cet objet si typiquement féminin, il décide de tenter de le rendre lui même à sa propriétaire. Il ne reste dans le sac aucun élément lui permettant d'identifier cette femme, aucun papier d'identité, rien! Mais ce qu'il découvre à l'intérieur, tout un univers, toute une vie, l'intrigue, le retient et lui donne envie d'en savoir plus, de retrouver cette femme. Le sac renferme de nombreux objets, très personnels et notamment un carnet de moleskine rouge renfermant des pensées intimes de cette inconnue...

Il mène alors une véritable enquête policière , toute en délicatesse, avec l'aide de sa fille Chloé, une adolescente à la personnalité bien trempée...et de Patrick Modiano.  

Je ne veux surtout pas vous en dire plus car ce livre est une telle pépite qu'il faut se laisser porter par l'histoire, par la sensibilité de l'auteur, par sa culture, par la joliesse de ces mots, par sa perception des situations du quotidien qu'il décrit avec un regard amusé....Pour ne citer qu'un exemple, la façon dont Antoire Laurain parle d'un moment où son personnage marche dans la rue avec à la main, le sac qu'il vient de trouver. Un homme avec un sac de femme! C'est un passage remarquable.

La magie de ce livre, c'est que c'est une belle histoire, mais aussi une histoire banale en fait...elle ne fait que raconter des enchaînements de circonstances, des hasards de vie qui portent une femme et un homme ...qui auraient pu ne jamais se croiser ou qui se sont déjà croisés sans se remarquer, mais que le hasard persiste à mettre sur le chemin l'un de l'autre...avec des points communs comme une couleur...et peut être des traces qui disent qu'ils auraient déjà pu se rencontrer. Il est amusant qu'à un moment du livre, alors que Laurent et son ado pleine d'énergies se rendent chez le vétérinaire pour un examen du chat de Chloé, le libraire aperçoive la photo d'un chat qu'il croit reconnaître...J'ai été particulièrement touchée par tout cela, peut être parce que cela a fait écho en moi, en ce que j'ai pu vivre.

Tous les personnages sont vrais, avec leurs qualités et leurs défauts, leurs hésitations, leurs beaux gestes et leurs travers. Encore une fois, mais cela semble inévitable en ce moment dans tout livre où le personnage principal est une femme, il y a le " meilleur ami homo", mais dans ce livre comme dans tout ce qu'il évoque, tout est tracé avec subtilité et délicatesse. Oui,la subtilité est un caractère premier de ce roman, subtilité des situations, subtilité du style, subtilité des idées...

Comment conclure...simplement en vous disant que j'ai adoré ce roman. J'aime les choses simples et belles et il en est une.

Et si vous lisez ce livre, vous comprendez pourquoi je vais évoquer par une question une des très jolies pirouettes du livre  : Avez vous La nostagie du possible?

 A titre personnel, j'ai la réponse que je vais murmurer doucement et tendrement à mon Homme.