Quelques semaines de silence ici, qui se sont vite transformées en mois...envahie par le tourbillon si prenant du quotidien et du professionnel, j' ai lu, encore et comme toujours. Simplement, à part un livre que j'évoquerai prochainement, je n'ai pas été assez enthousiaste pour en parler. Une palette de ressentis allant de la déception comme pour le dernier roman de David Safier, auteur que j'apprécie tant , mais qui s'est à mon avis égaré en narrant le destin d'une vache, à l'agacement après avoir fini " L'amour et les forêts" d'Eric Reinhard, roman pourtant couronné de succès et de prix.

Mon envie a été titillée lorsque j'ai vu dans ELLE des encarts publicitaires annonçant la parution du nouveau roman de Nicolas Barreau, " Tu me trouveras au bout du monde". 

 

20150228_100156

 

Une nuit pendant laquelle le sommeil se fait capricieux, et j'ai dévoré ce joli roman.

Jean-Luc Champollion  ( si, si  ....  :-)    )  a une vie qui le réjouit : professionnellement, il  tient une galerie d'art à succès du côté de Saint Germain des Près et sentimentalement, il est heureux avec toutes les femmes qui l'entourent ,  dont celles qui entrent dans sa vie, et en sortent assez vite. Il aime vivre ainsi, s'étant juré adolescent , échaudé par les moqueries cruelles de trois donzelles, de ne plus jamais écrire de mots d'amour.  

Et puis, un jour, il trouve dans sa boîte , une lettre manuscrite d'une inconnue qui lui avoue le doux sentiment qu'il lui inspire et qui parle d'elle sous forme d'énigmes, ne voulant pas se révéler tout de suite.  Jean- Luc est pris dans le filet des mots de cette inconnue, qui signe sa missive du nom de Principessa, qui semble bien le connaître et qui montre une délicatesse et un raffinement épistolaire intriguants. Le galeriste est entouré de femmes et chacune d'elle pourrait être La Principessa : cette jeune artiste fougueuse dont il prépare le vernissage, sa voisine si attentive, son adjointe si féminine, cette Lucille qui avait brisé son coeur adolescent, cette amatrice d'art américaine ou sa jolie nièce, son ex, cette anglaise volcanique... 

Un joli jeu de piste commence qui bouleverse l'esprit de Jean-Luc et qui se terminera Au bout du monde....On se promène, avec le personnage , héros du roman, avec lui, en suivant ses pas  dans sa quête, dans le quartier Rive Gauche de Paris. J'ai aussi été particulièrement sensible à cette atmosphère car c'est un quartier que j'adore. 

Je ne peux et ne veux vous en dire plus car, si l'histoire paraît toute simple, comme souvent les plus belles histoires de vie, les plus douces histoires de rencontre, c'est le style du roman, la bulle de délicatesse qui entoure le lecteur qui crèent le charme de ce joli roman.

J'avais lu et partagé le bonheur d'un autre roman du même auteur, Le sourire des Femmes, dont un magicien des mots vous parle ici avec talent. Une autre belle histoire qui se passe dans un autre quartier merveilleux de Paris, l'Ile Saint Louis.

Si vous ne connaissez pas cet auteur, découvrez le pour un joli plaisir de lecture!